Alpha Condé: "comment je peux empêcher un Peulh ou un bambara de rentrer en Guinée?"

2 weeks ago 21

CONAKRY-Le Président guinéen Alpha Condé qui s'est entretenu ce vendredi 8 janvier 2021, avec le vice-président du Mali, le colonel Assimi Goita, en séjour à Conakry depuis ce jeudi soir, s'est exprimé sur la "complexité" de la crise malienne. Le dirigeant guinéen a réitéré l'engagement de la Guinée à accompagner le Mali dans la résolution globale de cette crise.

" J’ai voulu échanger avec mon frère parce que la situation du Mali est très complexe. Nous n'avons rien contre les Touaregs qui sont des maliens comme les autres, mais nous sommes contre ceux qui prennent les armes. Evidemment la situation au Mali s'est compliquée quand Moussa Kouffa est rentrée. Parce qu'aujourd'hui en Guinée, je peux empêcher un Touareg de rentrer, c'est facile. Mais comment je peux empêcher un Peulh ou un bambara de rentrer sur le territoire guinéen ?

Ce qui complique la situation aujourd'hui, c'est que ce sont les populations autochtones elles-mêmes qui se battent. Comment peut-on imaginer que les peulhs et les dogons qui vient depuis des siècles ensemble s'entretuent ? Ou que les peulhs ou les Mossi qui vivent depuis des siècles se battent ? Donc, Nous devons sérieusement réfléchir et que les africains prennent leur responsabilité ", a déclaré le président Alpha Condé, en marge de son tête à tête avec Assimi Goita, le tombeur d'ibrahim Boubacar Keita.  

La Guinée participe à la mission militaire conjointe des Nations-Unies au nord Mali, avec un bataillon de près de 1000 hommes.

"Le président Sékou Touré a dit que le Mali et la Guinée sont deux poumons dans un même corps. Donc tout ce qui concerne le Mali nous concerne, la preuve nous ne sommes pas des Hommes du désert mais nous sommes à kidal depuis 2014 (…), il est très important qu’on essaye de le comprendre. J’ai dit lorsque l’ex président français, François Hollande était venu, soixante ans après nos indépendance, que c’était une honte qu’on soit incapable de nous défendre. Mais si Hollande n’était pas intervenu, on aurait et le terrorisme partout. Evidemment aujourd’hui il y a beaucoup de pays où les populations ne comprennent pas la présence de l’armée française et la critique. Mais il revient aux dirigeants d’expliquer et non pas de dire que les gens qui manifestent contre la présence de l’armée française sont comme des terroristes", a averti le dirigeant guinéen.

Alpha Condé appelle les dirigeants africains à prendre leur responsabilité, en mettant en place de véritables armées africaines pour relever les défis sécuritaires qui  se posent au continent.

"J’ai toujours dit pourquoi voulez-vous qu’un Bangladais vienne mourir au Mali, il est comme un mercenaire. Donc, les africains doivent prendre leur responsabilité. Nous avons parlé des Forces en attente mais nous devons créer de véritables armées africaines. Il y a certains pays comme l’Afrique du Sud, le Nigeria, l’Egypte ont des moyens de transports qui peuvent être transporté dans un premier temps.

Seuls les africains peuvent mourir pour l’Afrique (…), donc il faut qu’il y ait une armée républicaine qui soit disponible pour soutenir les pays où il y a des terroristes. Sinon nous n’en sortirons jamais. La Guinée est à leur disposition, c’est à eux de décider, nous on les accompagne parce que c’est eux qui connaissent mieux leur pays. Nous ne pouvons que les accompagner dans les décisions qu’ils prendront. Mais la Guinée sera toujours à leur disposition et moi aussi je le serais parce que j’ai quand-même plus d’expérience qu’eux. Mais c’est en fonction des problèmes qu’ils vont poser que nous pourrons discuter. Mais les décisions leur appartienne", a indiqué Alpha Condé.

A suivre…

Bah Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 113

Lire L Article En Entier
Articles - News - SiteMap