Selon Mohamed Lamine Sylla, formateur et chef parckeur, ce mouvement de débrayage est initié à l’effet d’attirer l’attention des autorités sur la situation des travailleurs de la société.

« Parce qu’on a comme l’impression que nous sommes omis. Or, partout dans le monde, le développement passe en premier lieu par le transport. S’il y a de la mobilité, le commerce va prospérer », a-t-il indiqué.

A en croire M. Sylla les travailleurs d’Albayrak Transport sont avec des bus qui assez sont fatigués. Toute chose qui, à ses dires, n’est pas sans répercussions sur leur travail. Notamment à travers les récurrentes pannes enregistrées au cours des trajets.

« En plus, nos emplois sont menacés. Et nous nous apercevons que nous nous acheminons petit à petit vers le licenciement. Car, plus les bus tombent en panne, plus, nous sommes licenciés », a révélé Mohamed Lamine Sylla.

D’autres problèmes non moins importants évoqués par notre interlocuteur touchent le fait qu’aucun contrat ne lie ces travailleurs à l’entreprise. A ceci, s’ajoute le fait qu’ils ne sont pas assurés à la Caisse nationale de sécurité sociale.