Affaire du coffre-fort disparu à Sekhoutoureya : Me Cherif, l’avocat du Cdt Alya Camara, accuse

1 week ago

LES CHIMPANZÉS DE BOSSOU -GUINEE

Invité dans la matinée de ce mardi 11 janvier 2022 dans les locaux de la Radio Espace FM, Me Mamadou Aliou Cherif, l’avocat du commandant Alya Camara, l’un des mis en cause dans cette affaire a porté un doigt accusateur sur un certain Bill, qui serait, selon lui, le jeune frère du Président de la transition, Col Mamadi Doumbouya. 

En effet, le commandant Alia Camara est emprisonné depuis plusieurs semaines avec d’autres soldats sur instruction du Colonel Mamadi Doumbouya. On leur reproche d’avoir touché au coffre-fort au Palais Sekhoutoureya et d’avoir emporté avec eux des ordinateurs lors du putsh qui a mis fin au règne du président Alpha Condé.

Ainsi, interrogé sur cette situation, Me Cherif, l’avaocat du Cdt Alia Camara, s’est abstenu d’entrer dans les détails mais estime toutefois que les faits reprochés à son client ne sont pas vrais : «…j’ai participé à l’instruction et entendu beaucoup de choses, mais étant donné qu’il y a le secret de l’institution, je ne peux pas parler de certaines choses en détail s».

Sur l’insistance de nos confrères, Me Mamadou Aliou Cherif soutient que son client n’a pas été arrêté en possession de 150 mille dollars. Comme quoi, il n’a jamais participé à une malversation quelconque. « Le Président de la République serait au courant de cette histoire d’argent et tous les comptes-rendus lui avait été donné », raconte-t-il avant de continuer. « La principale difficulté pour nous dans ce dossier, c’est que nous n’arrivons pas à voir le Procureur du Tribunal Militaire faire comparaître, ne serait-ce que pour les besoins de confrontations, de nommer les officiers. Parce que quand il y a eu les histoires, le chef a été remplacé par Mouctar Kaba. Donc au moment où il l’a remplacé, toutes les découvertes qui ont eu lieu étaient sous son commandement. Alya n’était pas là-bas », nie-t- il

Enfin, l’Avocat de l’accusé martèle qu’ils ont des difficultés à faire comparaître un civil au commandant Kaba et un certain Bill : « …Ce Bill serait le jeune frère du Président de la République » d’après l’avocat. « Tout le monde est unanime que ce Bill est un homme du Président de la République. Qu’il est son jeune frère. C’est lui et le commandant Kaba qui ont coordonné les opérations d’ouverture des coffres forts », accuse-t-il.

Magnalen Traoré (Stagiaire)

Lire l article complet
Articles - News - SiteMap